Les tristes confidences d’Inès de la Fressange sur le dernier réveillon de Karl Lagerfeld

Ce 19 février 2019, après 85 années d’une vie hors du commun, vertigineuse, Karl Lagerfeld a tiré sa révérence à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine. Depuis, les hommages se succèdent. Inès de la Fressange, l’une des muses et plus proches amies du couturier, raconte dans les pages de Paris Match le dernier réveillon de celui qu’on surnommait le Kaiser.

Ses derniers voeux ont été respectés. Pas de cérémonie d’enterrement de prévu, encore moins un hommage public. “Plutôt mourir!“, répétait Karl Lagerfeld, qui avait déjà confiait dans Le Divan de Marc-Olivier Fogiel, en 2015 : “Si un jour je meurs, je ne veux pas d’enterrement non plus. Je trouve cela horrible. Je veux juste disparaître comme les animaux de la forêt vierge. C’est horrible d’encombrer les gens avec ses restes. Phrase choc d’un homme chic.

Karl Lagerfeld était un mélange d’extravagance et de pudeur, de franchise et de politesse. Inès de la Fressange, qui a entretenu pendant plusieurs décennies une relation fusionnelle avec le couturier, a tenu à lui rendre hommage dans les colonnes de Paris Match, revenant notamment sur sa personnalité complexe.On riait avec lui mais on ne pouvait jamais être complètement naturel car on sentait qu’il vous observait, que rien ne lui échappait. Il avait le regard tellement acéré, il voyait tout, sentait tout“, déclare l’ancienne égérie de la maison Chanel.

Puis la créatrice de confier une anecdote sur la dernière soirée de réveillon de Karl Lagerfeld : “Cette année, je l’ai invité à passer le nouvel an mais il a refusé. Il m’a dit qu’il était enrhumé, ce qui voulait dire qu’il était au plus mal, et que Choupette, son chat, allait lui servir d’infirmière“. Un souvenir qui, près de deux mois plus tard, se colore d’une indéniable tristesse…

Crédits photos : Bestimage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *