Cancer colorectal : des tests de dépistage plus simples et plus efficaces en 2013

Des tests immunologiques, plus simples, plus fiables et plus efficaces que les tests actuels au gaïac, pourraient être disponibles début 2013 pour le dépistage du cancer colorectal, a annoncé Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la Santé, lors du lancement du Mois Bleu, dédié à la lutte contre le cancer colorectal.

Le test Hemoccult au gaïac devrait être remplacé par un test immunologique en 2013

Actuellement, le dépistage du

cancer colorectal repose sur le test Hemoccult II, un test de recherche de sang occulte dans les selles, constitué d’un papier réactif imprégné de gaïac. Le test est à réaliser chez soi sur trois selles consécutives. Il consiste à prélever, sur chaque selle, deux très petits fragments de la taille d’un grain de riz à déposer sur une plaquette. La plaquette est ensuite à insérer dans une enveloppe T (fournie dans le test), à envoyer au centre de lecture dont l’adresse est inscrite sur l’enveloppe.Parmi les 17 millions de personnes qui constituent la population cible de ce dépistage,

seules 32 % ont réalisé un test en 2011. Ce faible taux de participation, loin de l’objectif de 50 % des autorités sanitaires, s’explique en grande partie par la complexité du test, la répétition des prélèvements, et, plus globalement, par le tabou qui l’entoure.Le test immunologique, plus simple, plus efficace et plus fiableLe test immunologique repose quant à lui sur la détection d’hémoglobine humaine dans les selles grâce à l’utilisation d’anticorps monoclonaux ou polyclonaux spécifiques de la partie globine.Beaucoup plus simple que le test au gaïac, un seul prélèvement de selles suffit, contre 6 sur trois jours pour le test au gaïac. Dans un rapport de l’Institut national du cancer (INCa), publié en novembre 2011, les experts concluent surtout à une plus grande efficacité, avec la détection de 2 à 2,5 fois plus de cancers et 3 à 4 fois plus d’adénomes avancés, et une plus grande sensibilité, avec le dépistage de lésions plus précoces. Par ailleurs, les modalités d’utilisation et l’ergonomie du test donnent à penser qu’il sera mieux accepté par la population, estime Nora Berra. Et en garantissant une meilleure fiabilité et une reproductibilité des procédures, une lecture automatisée de ces tests en fait un test de choix pour le dépistage organisé du cancer colorectal, estime-t-elle.La Haute autorité de santé favorable au test immunologique dès 2008L’orientation vers ces tests n’est cependant pas tout à fait nouvelle. “En 2008, la Haute Autorité de Santé avait recommandé une mise en place du processus de substitution du test au gaïac par un test immunologique au sein du programme de dépistage organisé en France“, précise la secrétaire d’État à la Santé, “mais les conditions optimales d’utilisation des tests restaient à déterminer“. C’est chose faite depuis début 2012, date à laquelle, le comité national stratégique des dépistages des cancers a donné son feu vert au principe du passage aux tests immunologiques.Toutefois, les tests immunologiques ne seront pas disponibles avant début 2013, le temps que la France définisse le cahier des charges sur la base duquel elle lancera son appel d’offres européen et choisisse le meilleur fabricant, a précisé Nora Berra.Amélie PelletierSource :Dossier de presse du ministère de la Santé, de l’Institut national du cancer (INCa), de l’Institut de veille sanitaire (InVS), de l’Assurance maladie, 1er mars 2012.Click Here: new zealand rugby team jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *