Vaccination : soignants, montrez l'exemple !

S’ils suivent bien les recommandations de leurs tutelles en matière de vaccinations obligatoires, les professionnels de santé ainsi que les étudiants qui se destinent à des carrières de médecins, infirmiers et sages-femmes sont en revanche très mal couverts par les vaccinations recommandées, selon les résultats de deux enquêtes inédites publiées dans le dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire le 27 septembre.

En France, pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire, les professionnels de santé sont obligés de se faire vacciner contre certaines maladies : la tuberculose depuis 1950 (prévenue par le vaccin BCG), la

diphtérie, le

tétanos et la

poliomyélite (DTP), l’

hépatite B depuis 1991. Depuis le début des années 2000, le champ des maladies contre lesquelles il est conseillé aux soignants de se prémunir s’est élargi à la

grippe, la

coqueluche et la

rougeole, mais la vaccination n’a, pour ces dernières, aucun caractère obligatoire. Malgré ces recommandations, “de nombreuses infections couvertes par ces vaccins continuent de survenir chaque année chez le personnel de santé des établissements de soins de France ainsi que chez les malades hospitalisés“, soulignent les auteurs de l’étude Vaxisoins, citant les cas de coqueluche, de rougeole et d’hépatite B. Mauvaise couverture pour les vaccins recommandésPour mesurer la couverture vaccinale des professionnels de santé, les auteurs ont mené une enquête en 2009 auprès de 183  médecins, 110 infirmiers, 58 sages-femmes et 101 aides-soignants travaillant dans 35 établissements de soins. Basée essentiellement sur les déclarations des participants, l’enquête fait état d’une bonne couverture pour les vaccinations obligatoires :  97,9 % des soignants sont ainsi protégés contre le virus de l’hépatite B, 95,5 % ont reçu leur rappel DTP et 94,9 % sont vaccinés contre le BCG. Les auteurs soulignent toutefois que “des soignants continuent à ne pas être à jour du rappel décennal“ pour le vaccin DTP.
S’agissant des vaccinations recommandées, les professionnels de santé se montrent nettement moins bons élèves, en particulier les infirmiers et les aides-soignants, moins bien vaccinés que les sages-femmes et les médecins :
– seuls 11,4 % des professionnels dont l’état vaccinal a pu être vérifié avaient reçu un rappel coqueluche à l’occasion du rappel DTP (conformément aux recommandations de la Haute autorité de santé publique)  ;
– à peine la moitié indiquait avoir reçu une dose de vaccin contre la rougeole, tandis que 40 % l’ignoraient ;
– seuls 29,9 % avaient été vaccinés contre la varicelle ;
– un quart avait été vacciné contre la grippe. Seuls les médecins semblent sensibles aux recommandations des autorités sanitaires concernant ce vaccin, puisqu’ils sont 55 % à s’être fait vacciner durant l’hiver 2008-2009, contre seulement 27 % des infirmiers, 15 % des sages-femmes et 22 % des aides-soignants. Même constat chez les étudiants qui se destinent aux métiers de médecin, d’infirmier ou de sage-femme :  s’ils sont plutôt bien couverts contre les maladies pour lesquelles la vaccination est obligatoire, ils le sont nettement moins contre la coqueluche (44 % selon les déclarations), moins de la moitié contre la rougeole et 39,6 % contre la grippe, indiquent les auteurs de l’étude Studyvax. Pour Jean-Paul Guthmann et ses collègues, “il est nécessaire de renforcer la politique vaccinale pour ces vaccins […] en rappelant la gravité potentielle à l’âge adulte des maladies infantiles jugées bénignes“. Il semblerait toutefois “qu’avec le temps, les recommandations vaccinales ont tendance à être mieux suivies et que les sujets jeunes qui démarrent leur carrière professionnelle sont plus sensibles aux messages délivrés“.Amélie Pelletier
Sources :
– Couverture vaccinale des soignants travaillant dans les établissements de soins de France. Résultats de l’enquête nationale Vaxisoin, 2009. BEH, n°35-36/27 septembre 2011 (

téléchargeable en ligne)
– Couverture vaccinale des étudiants en santé en stage dans les hôpitaux de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris en 2009. Enquête Studyvax. BEH, n°35-36/27 septembre 2011 (

téléchargeable en ligne)Click Here: collingwood magpies 2019 training guernsey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *