Journée contre les mutilations sexuelles féminines : la lutte continue !

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, les gynécologues-obstétriciens affirment leur solidarité avec les victimes de ces actes et organisent demain un colloque de sensibilisation des professionnels de santé. De son côté, la rédaction de TV5 se mobilise à nouveau sur ce sujet avec de nombreux invités.

L’association Gynécologie Sans Frontières (GSF) et le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) rappellent que les mutilations sexuelles, excisions et infibulations, “constituent une atteinte grave aux droits fondamentaux de tout être humain, une atteinte à leur dignité et leur intégrité“. De plus, leurs conséquences sur les femmes et les enfants sont souvent dramatiques, comme l’a à nouveau montré l’

enquête de l’Ined réalisée auprès de 685 femmes et publiée fin 2009.

Les gynécologues soulignent que chaque année, 2 à 3 millions de fillettes subissent encore des mutilations génitales, au nom d’une tradition qui se perpétue depuis la nuit des temps. En France, il y aurait entre 45 et 60 000 femmes et fillettes mutilées ou menacées de l’être, malgré la pénalisation lourde de ces pratiques. Cependant, les dizaines de condamnations prononcées depuis 20 ans ont permis de “réduire très fortement cette pratique dans notre pays“.La mobilisation des pouvoirs publics, entamée en 2006 pour tenter d’éradiquer ce phénomène, a donc partiellement porté ses fruits, grâce à la mise en place d’équipes pluridisciplinaires régionales, d’actions de formations des médecins, sages-femmes, infirmières et puéricultrices.

Néanmoins les gynécologues appellent au maintien de l’engagement gouvernemental sur 3 niveaux : appui financier pour la mise en place de centres pluridisciplinaires dans 9 régions prioritaires, sollicitations des responsables des enseignements en santé, publication et diffusion du livre “Le praticien face aux mutilations sexuelles féminines“.

Les mutilations sexuelles, ainsi que les violences conjugales, sont les deux thématiques centrales du 15ème colloque de sensibilisation du CNGOF et de GSF pour les professionnels de santé qui aura lieu demain à Nancy. Un point sera notamment fait sur le rôle des pôles régionaux, ainsi que sur les

possibilités encore trop méconnues de réparation chirurgicale des mutilations (programme complet

téléchargeable en ligne).

De son côté, la rédaction de TV5 se mobilise,

comme en 2009, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, qui a lieu le 6 février. Le vice-président de GSF interviendra à l’antenne demain matin à 6 h, Armelle Andro, auteure de l’

enquête de l’Ined “Excision et handicap“, suivra à 10 heures, tandis qu’Isabelle Gillette-Faye, sociologue et directrice du Groupement pour l’Abolitions des Mutilations Sexuelles et autres pratiques traditionnelles sera invitée à 13h30.

Le lendemain, vendredi 6 à 18 heures, Inna Modja, chanteuse d’origine malienne, témoignera de son combat militant contre l’excision, dont elle a été victime à l’insu de ses parents lors de ses vacances au Mali (pays où cette pratique n’a toujours pas été légalement interdite). Depuis Inna a pu bénéficier d’une reconstruction chirurgicale et profite de sa médiatisation pour sensibiliser les femmes (voici

son MySpace, pour découvrir son univers et sa musique).Vous pouvez retrouver toutes les informations, reportages et interviews sur le site de TV5 monde,

en cliquant ici. Jean-Philippe Rivière
Sources :
– “Mutilations sexuelles féminines : les gynécologues-obstétriciens aux côtés des femmes“, communiqué de presse du CNGOF et de GSF, 21 janvier 2010
– “6 février 2010, journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines : la rédaction de TV5 Monde se mobilise“, communiqué de presse, 4 février 2010. Témoignages et reportages

accessibles en ligne
– “Lutte contre l’excision : le Mali à la traine malgré la sensibilisation“, JournalDuMali.com, 2 février 2010,

accessible en ligne
Photos :
– Excision au Burkina Fasso en 2005, © SARKKA/SIPA
– Rasoir utilisé pour une excision, © TV5
– Inna Modja, par Marie Fallourd, photo provenant de

son MySpace.Click Here: cheap sydney roosters jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *