L'automédication en question

Plus de 80 % de la population “s’automédique“. En moyenne, chaque Français achète 6 boîtes par an de ces produits pour se soigner sans passer par le médecin. Et a priori, les gens sont plutôt responsables, puisque 88 % disent lire la notice lorsqu’ils achètent un médicament d’automédication.

Les produits utilisés pour l’automédication sont les médicaments dits de prescription médicale facultative (PMF). C’est à dire que l’on peut aussi bien se les faire prescrire par son médecin que les acheter sans ordonnance.
Attention, cela reste des médicaments : ils sont vendus exclusivement en pharmacie, et ils ne sont pas en libre service mais restent de l’autre côté du comptoir (over the counter ou OTC en anglais). Seul le pharmacien peut vous les délivrer.
Click Here: st kilda saints guernsey 2019Les indications de l’automédication restent bien sûr les petites affections de la vie courante qui ne nécessitent pas forcément le passage par la case médecin, la “bobologie“. Dans les faits, les principaux recours à l’automédication sont les maux de tête, les maux d’estomac et les problèmes de digestion, les maux de gorge, la toux grasse ou sèche, les boutons de fièvre (herpès), les rhumes et les rhinites, le sevrage tabagique, les petites plaies, les brûlures légères et les piqûres d’insectes et les bains de bouche et la prévention des caries.
On retrouve d’ailleurs ces indications au travers des principes actifs les plus vendus en pharmacie : les antalgiques, les anti-diarrhéiques, les antitussifs, les traitements des problèmes ORL, les traitements de l’herpès, la nicotine (pour les substituts) et les antiseptiques.
Quelques principes de bon sens sont indispensables pour une automédication sans risque. Il faut notamment respecter quelques règles de bon sens : pas de recyclage d’anciens médicaments de l’armoire à pharmacie, pas d’utilisation d’anciennes prescriptions, pas de bricolage avec des médicaments qui vous ont été prescrits.
Source : Conférence sur l’automédication, Alain Coulomb, Magali Flachaire et Gilles Bonnefond, Salon Forme et santé. Octobre 2007.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *