Où il y a certains gènes, il n'y a pas de plaisir

Pour les femmes, la capacité à atteindre le septième ciel ne serait pas uniquement lié au talent de leur partenaire ou à une origine psychologique. Une étude britannique confirme que le patrimoine génétique jouerait pleinement sur leur capacité orgasmique.
Près de 4 000 jumelles (714 paires de vraies jumelles ayant donc le même patrimoine génétique et 683 paires de fausses jumelles) ont été interrogées sur vie sexuelle. Une femme sur trois (32 %) rapporte atteindre difficilement un orgasme durant un rapport sexuel, 16 % jamais. Pour la masturbation, 21 % rapporte atteindre difficilement un orgasme, 14 % jamais. Seules 14 % des femmes déclarent atteindre systématiquement l’orgasme durant un rapport sexuel et 34 % durant la masturbation. En analysant toutes ces réponses, les chercheurs estiment qu’un facteur génétique expliqueraient 35 % des différences de plaisir durant les rapports et 45 % durant la masturbation.
Pour l’instant, aucun gène n’a formellement été identifié. Une telle découverte pourrait dans un futur lointain déboucher sur des traitements, mais plus rapidement peut-être identifier les femmes qui souffrent d’un problème biologique et non d’un blocage psychologique, sans pour autant dissocier totalement ces deux dimensions.Source : Biology Letters, published online first – 7 juin 2005Click Here: Cheap Golf Golf Clubs

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *