Préservatif : c'est le moment ou jamais de l'ouvrir

Devant la recrudescence des infections sexuellement transmissibles et une progression du nombre de grossesses non-désirées, la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France et Durex s’associent et lancent du 7 au 13 juin une semaine de sensibilisation au préservatif baptisée “C’est le moment où jamais d’en parler“.

Engager le dialogue et répondre à toutes lesquestions sur le préservatif, tel est le but de cettedeuxième édition de la campagne.Une semaine pour l’ouvrir !Au total, 3 500 pharmaciens et leurs collaborateurs se mobilisentdu 7 au 13 juin pour répondre à toutes les questionssur le préservatif, son usage, son efficacité, lesdifférentes maladies…Pour reconnaître les pharmacies participantes, cherchezl’affiche apposée sur leur vitrine. Une fois àl’intérieur, des dépliants d’information serontdisponibles en libre service sur le comptoir.L’opération “C’est le moment où jamais d’en parler“devra mettre en adéquation l’attente d’informationconcrète et simple et une mobilisation des professionnels desanté. Cette initiative a reçu l’approbation del’Institut National de Prévention et d’Education ensanté (INPES), afin de sensibiliser le public àl’importance du préservatif dans une vie sexuelleépanouie.Quelques chiffres inquiétantsOutre le retour des comportements à risque, on peutégalement noter le nombre important des grossesses nondésirées. En moyenne, chaque femme en France seraitconfrontée au cours de sa vie à une grossesse nonprévue et une sur deux à une IVG. Pourquoi tantd’échecs ? L’adaptation entre la méthodecontraceptive et la vie sexuelle n’est pas toujours optimale. Lesoublis de pilule seraient ainsi responsables de 20 000 IVG par an!Pour éviter ces grossesses non désirées, lameilleure solution serait d’opter pour le duo : préservatifet pilule, capable de vous protéger d’une grossesse nondésirée et des infections sexuellementtransmissibles.Car face à ces ennemis intimes, les Français sont demoins en moins vigilants :
– 52 % des cas de Sida diagnostiqués au 1er semestre 2003sont liés à des contaminationshétérosexuelles contre 37,5% en 1998 ;
– Le nombre de cas de syphilis a été multipliépar 8 entre 2000 et 2002 ;
– Deux millions de personnes seraient porteuses du virus del’herpès génital en France ;
– Selon Baromètre Gay 2002, près d’un tiers deshomosexuels déclare avoir eu un rapport sexuel sanspréservatif au cours des 12 derniers mois ;
– Selon l’enquête “Les connaissances, attitudes, croyances etcomportements face au VIH / sida en France“, 71 % des 18 à24 ans disent avoir utilisé un préservatif dans les12 derniers mois contre 82,7 % en 1998.Pour ne pas baisser la garde, faites le point sur ces infectionssexuellement transmissibles avec votre médecin.Luc BlanchotSource : Communiqué de presse Fédération dessyndicats pharmaceutiques de France et de Durex

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *